Rechercher
  • Morgane Bardin

Alimentation et confinement

Dernière mise à jour : 27 mars 2020

Les repas rythment nos journées donc avouons-le sans honte… Pendant ce confinement, on a envie de manger en permanence ! On n’a jamais eu autant de temps pour faire la cuisine.. C’est bien simple : Toutes les recettes y passent ! Ne parlons pas des apéros qui n’ont jamais été aussi nombreux qu’en ces temps de quarantaine ! (Merci Houseparty !)

Alors comment faire pour ne pas se transformer en petit bibendum d’ici 5 semaines ? Comment nourrir ses cellules de manière optimale et éviter le grignotage ?

Le petit déjeuner

Il est pour moi le repas clé et il doit être protéiné ! Pourquoi ?

Parce que les protéines vont permettre à notre corps de fabriquer un neurotransmetteur essentiel pour attaquer une journée : La dopamine.

On la nomme souvent « hormone du bonheur », mais elle est bien d’autres choses puisqu’elle va également nous permettre, d’être proactif, concentré et performant au travail.

Personnellement, j’aime les petits déjeuner à l’anglaise (donc salés). Vive les œufs (mollet, coque ou au plat : le jaune ne doit pas être cuit pour faire profiter de toutes les bons acides aminés essentiels qu’il contient et que le corps ne peut pas synthétiser lui même), le saumon, l’avocat, le pain complet ou de petit épeautre sont mes indispensables dès le reveil!

Je proscris le lait de vache très inflammatoire pour le corps et je prends mon café en milieu de matinée pour ne pas agresser mon intestin dès le petit matin !

Pour les aficionados du sucré… Pas d’inquiétude ! Fruits, oléagineux, beurres d’amandes, de cajou à tartiner sur des pains complets, de petit épeautre, ou sans gluten, puddings de chia.. contiennent ce qu’il faut de protéines et de bons lipides pour éviter les coups de pompe de milieu de matinée.

Le déjeuner

Le confinement implique peu d’exercice physique. La sédentarité va provoquer une inflammation silencieuse et chronique dans le corps, qu’on appelle une inflammation de bas grade. A priori, aucun signe repérable et pourtant... Elle est bien là ! Pour pallier à cela, j’essaye d’incorporer chaque jour et le plus possible du VIVANT à mon alimentation !

Du cru en début de repas (sous forme de salade ou de jus de légumes) est indispensable pour apporter à nos cellules le lot de vitamines, minéraux et enzymes dont elles ont besoin pour fonctionner (et qui sont détruits par les cuissons de plus de 42°).

J’enchaine souvent avec une protéine (animale ou végétale) et des légumes cuits vapeur (verts de préférence). Si vous craignez d’avoir faim, vous pouvez tout à fait ajouter une portion de riz complet, millet, quinoa, pomme de terre. J’arrose tout ça d’un mélange d’huile d’olive et de lin pour l’apport d’acides gras essentiels, indispensables au bon fonctionnement de notre cerveau (et donc à la bonne gestion de notre stress).

Si vous êtes un bec sucré, des fruits cuits sont tout fait possible. Les fruits crus en fin de repas vont demander beaucoup d’énergie à votre corps pour les digérer, il est donc préférable de les consommer 2h après la fin du repas.

Le diner

Avec une activité physique très réduite, l’apport calorique doit également être réduit.

Le corps se détoxifie la nuit, la digestion doit donc être facile et la moins longue possible.

Privilégier un repas très simple : une soupe de légumes, des céréales complète. Moins le diner est complexe, meilleur le sommeil sera ! Pour les personnes qui peinent à trouver le sommeil, les petits poissons gras, la dinde, la laitue, les pommes de terre (à l’eau) sont des aliments à consommer puisque riches en tryptophane, un acide aminé lui-même précurseur de la sérotonine, puis de la mélatonine, l’hormone du sommeil.

Petit + :

Pour permettre à mon système digestif de se nettoyer, j’aime instaurer une monodiète par semaine sur 2 repas et généralement en fin de semaine. Une monodiète, consiste à manger un seul et même aliment sans assaisonnement (j’ai écrit il y a quelque temps un article sur le sujet). J’aime le faire lors du repas du dimanche soir et celui du lundi matin (avec le jeune de la nuit entre les deux c’est idéal) !

Bien sûr, faire attention à son alimentation ne signifie pas ne pas se faire plaisir. Au contraire ! La convivialité et le plaisir de manger est tout aussi important que la qualité des aliments que l’on choisit !

En résumé : Privilégiez les fruits et légumes biologiques et de saison, consommez des protéines de bonne qualité pour vous donner de l’énergie et vous éviter les craquages sucrés, n’oubliez les bons gras pour avoir l’esprit léger… et Oui aux apéros… Avec modération ! :-)


100 vues0 commentaire